Thématique : Développement des activités et des territoires, Techniques de pêche ou de cultures marines | Localisation : France, Golfe de Gascogne, Pays de la Loire | Filière : Aquaculture, Conchyliculture

Projet financé par...

  • Région Pays de la Loire
  • Syndicat Mixte pour le Développement de l’Aquaculture et de la Pêche en Pays de la Loire (SMIDAP)

Contexte

La conchyliculture est en perpétuelle recherche d’innovations zootechniques, destinées d’une part à améliorer les procédés d’élevage et les performances des populations élevées et d’autre part à diminuer les coûts de production.

Les développements les plus récents concernent pour l’essentiel la production au large, avec l’émergence de nombreux projets tant sur la façade atlantique que méditerranéenne. Cette activité au large vise à coloniser de nouveaux sites de production, disposer d’une richesse accrue en productivité primaire favorable aux coquillages, s’affranchir de qualités d’eaux éventuellement médiocres sur la frange littorale, optimiser l’exploitation par une mécanisation importante et limiter la pénibilité du travail.

 

© Smidap

 

Face à ce développement actuel, le SMIDAP a été sollicité pour réfléchir à cette nouvelle activité de production et aux modalités de son éventuelle adaptation au contexte conchylicole des Pays de la Loire. Cette démarche globale s’inscrit, par ailleurs, dans le contexte délicat des phénomènes de mortalité mytilicole, observés en Pays de la Loire depuis 2014 et ayant particulièrement impactés la filière régionale. Des taux de mortalités proches de 100% à l’Aiguillon/Mer (2014) et de 70 à 90% en baie de Bourgneuf et la Plaine/Mer (2015 et 2016) ont été relevés, impactant lourdement voire remettant en cause la pérennité de nombreuses entreprises ligériennes. Une diversification de la production sur d’autres espèces pourrait permettre un complément d’activité, visant à assurer la survie des entreprises impactées. Dans ce contexte, une demande émanant de la profession (groupe de travail du CRC, conchyliculteurs) a été formulée auprès du SMIDAP visant à la poursuite et au développement d’actions en lien avec l’élevage conchylicole au large de l’huître plate et du pétoncle noir, espèces présentes à l’état naturel en baie de Bourgneuf.

Objectifs

Vérifier la faisabilité technique d'une diversification de la conchyliculture en baie de Bourgneuf (élevage en offshore de pétoncle noir et prégrossissement d'huîtres plates)

Actions

Cette étude s’articule autour de 4 axes de travail :

  1. Développement des techniques d’élevage en cages immergées par la validation de leur intérêt sur des secteurs de production potentiels au large.
  2. Comparaison des performances à l’élevage de deux espèces (pétoncle noir, huître plate) issues d’écloseries et de captage naturel.
  3. Potentialité de la maîtrise de la phase de prégrossissement au large de ces deux espèces. Définition des conditions zootechniques et ergonomiques (choix des structures d’élevage, quantification et qualification des densités d’élevage effectives,…).
  4. Testage de la phase de grossissement au large (phase d’élevage proprement dite) de produits prégrossis issus d’écloserie.

Résultats

Du fait de contraintes administratives, l’étude a été retardée de deux mois, limitant de fait la portée des résultats acquis, la période printanière, la plus propice au développement des coquillages ayant été occultée.

Les performances de croissances tant linéaires que pondérales sont toutefois apparues satisfaisantes tant pour les huîtres plates que pour les pétoncles et les mortalités observées restent relativement faibles

Les résultats acquis à l’issue de cette expérimentation semblent démontrer que le recours aux produits d’écloserie est tout à fait envisageable pour des productions conchylicoles au large (offshore). Les performances à l’élevage obtenues sont similaires entre les produits issus du captage naturel et ceux provenant d’écloserie. Ils montrent l’intérêt du recours à ces derniers, tant pour l’huître plate que le pétoncle noir, permettant de s’affranchir des aléas naturels. Pour l’huître plate, la phase de prégrossissement en cage au large a été validée. Il est à noter néanmoins que la phase de prégrossissement initial en marais apparaît, une nouvelle fois, comme un atout primordial, notamment vis-à-vis du facteur mortalité

Retrouvez toutes les études et les rapports du SMIDAP concernant la conchyliculture sur leur site internet