Thématique : Écosystèmes et environnement, Espèces pêchées ou élevées, stocks | Localisation : Bretagne Nord, France, Manche et Mer du Nord | Filière : Aquaculture, Conchyliculture

Projet financé par...

  • Union Européenne – FEAMP

Problématique

Ce projet s’inscrit dans une stratégie à long terme de la profession conchylicole pour restaurer les bancs naturels d’huîtres plates en Bretagne. Ce afin d’améliorer le captage naturel de l’espèce et de permettre à nouveau l’élevage de l’huître plate sur l’estran, dans une démarche de diversification des activités conchylicoles.

Contexte

L’huître plate Ostrea edulis est une espèce endémique, emblématique des côtes européennes. Cultivée historiquement en France, elle a subi plusieurs épisodes de mortalités dans les années 70, entraînant un fort déclin de l’espèce. Deux parasitoses ont été identifiées à l’origine de ces mortalités; Bonamia ostreae et Marteilia refrigens. Aujourd’hui l’espèce majoritairement cultivée est l’huître creuse Crassostrea gigas, qui subit également de fortes mortalités depuis 2008, ce qui fragilisent la profession.

Pour répondre à ces enjeux et diversifier les productions conchylicoles, plusieurs acteurs œuvrent pour restaurer des bancs naturels d’huîtres plates en Bretagne-Nord. Le programme pluridisciplinaire PERLE (2011-2014) a permis de démontrer la faisabilité de la restauration de ces bancs à partir de familles d’huîtres plates sélectionnées sur des caractères de rusticité (croissance et survie). PERLE II se concentre sur la production et la sélection de nouvelles familles, à travers la mise en place d’un Centre technique conchylicole, géré par la profession.

Objectifs

Actions

Différentes actions ont été mises en œuvre pour répondre aux objectifs du projet PERLE II. Tout d’abord la réhabilitation du centre technique conchylicole, rendu opérationnel en 2018 pour produire plusieurs familles d’huîtres plates, destinées à être mises en mer pour évaluer leur croissance et leur résistance dans le milieu naturel, dans 3 sites d’élevage en eaux profondes et sur estran.

En parallèle, les partenaires ont étudié les bases moléculaires de la résistance de l’huître plate à ses pathogènes afin d’identifier notamment des marqueurs de résistance. Pour ce faire, les génomes de l’huître plate Ostrea edulis ainsi que ceux des parasites ont été séquencés. Dans un second temps, le génotypage des familles testées en mer a été réalisé pour les familles présentes dans l’environnement depuis au moins 18 mois.

Résultats

  • A l’issu du projet, 72 familles ont été créées et sont actuellement testées en mer,
  • après quelques mois en mer, certaines familles présentes déjà des résultats intéressants en terme de croissance et de survie,
  • le génome de l’huître plate Ostrea edulis a été séquencé et annoté,
  • le Centre technique conchylicole de Porscave a été réhabilité et est pleinement opérationnel depuis 2018.

Les familles testées actuellement en mer continuent d’être suivies pour sélectionner les familles d’intérêt en matière de rusticité et produire une deuxième génération de familles à partir de ces individus.